Découvrez Mon Parcours

Mes Racines

Je suis une fille du Sud-Ouest, née à Talence, j’ai passé mon enfance à Bordeaux puis à Jonzac en Charente-Maritime.

Enfant née d’une belle histoire, j’ai grandi au sein de ce que l’on n’appelait pas encore une « famille recomposée ». Mon père était un pied-noir d’Algérie, viticulteur dans l’Oranais, qui, une fois rentré en France délesté de ses biens, a su se reconstruire au service de la Présidence de la Fédération Française des Associations de Commerçants et du milieu consulaire. Décédé en 2000 il repose à Gradignan, où vit ma soeur et sa famille. Ma mère, pupille de la nation de parents morts pour la France, était cadre administratif aux idées profondément sociales. Elle est aujourd’hui une grand-mère très investie auprès de ses quatre petits-enfants, dont mes deux enfants de 8 et 10 ans.

Je sais, par mon histoire familiale ce que le terme méritocratie veut dire.

une ambition d’entreprendre

J’ai toujours eu une passion pour les challenges et les défis à relever. Diplômée de Sup de Co Toulouse, puis de l’expertise comptable et commissariat aux comptes où j’ai débuté, et enfin de l’INSEAD, c’est dans l’entreprise privée que j’ai passé l’essentiel de ma vie professionnelle. J’ai eu la chance, très jeune, d’accéder à des responsabilités importantes : directrice financière de Numéricâble à 27 ans, directrice générale déléguée de Canal+ à 31 ans, PDG d’Endemol France à 36 ans puis directrice générale d’Endemol monde à 41 ans. En 2013, l’envie de rester en France et d’y créer ma propre entreprise m’ont conduite à démissionner et à créer Shower Company. L’engagement politique a été plus fort que tous les plans de carrière et je suis devenue élue locale à Bordeaux aux côtés d’Alain Juppé lors des élections municipales de mars 2014. Le monde de l’entreprise reste au cœur de mon identité et c’est pourquoi j’ai décidé de conserver mes mandats non–exécutifs.

Endemol, qu'est-ce que c'est ?

Leader mondial de la production audiovisuelle, CA de 1,5 Md, 7000 collaborateurs dans 31 pays. Des émissions grand public : Star Academy, The Voice, Patron Incognito, Money Drop, Les 12 coups de midi, Miss France… C’est, pendant 10 ans de ma vie, la fierté d’avoir produit des programmes populaires, qui ont réuni dans leurs foyers des millions de Français tout en respectant une charte de déontologie, c’est la fierté d’y avoir initié et développé la fiction. 

Un engagement citoyen

Consciente qu’une réussite professionnelle n’est pas la réussite d’une vie, comme de nombreux français je me suis impliquée, en parallèle de mes activités professionnelles, dans le milieu caritatif pendant près de 10 ans :

Bénévole pour Ares Coop dont j’étais co-fondatrice et trésorière, puis administratrice d’Ares, grosse structure d’insertion visant à apporter une solution d’insertion durable à des personnes de plus de 50 ans.

« Ange gardien » de l’association « tout le monde chante contre le cancer ».

J’ai également été vice-présidente du Centre d’étude et de prospective stratégique de 2004 à 2009, puis administratrice jusqu’en 2015. 

Une volonté de m’investir

Mon engagement politique tel qu’il se traduit aujourd’hui aurait pu ne jamais avoir lieu. J’ai parfois nourri un a priori partagé par de nombreux citoyens, mélange de désintérêt et de défiance face à une caste à laquelle je n’appartenais pas pour n’avoir fait ni Sciences Po ni l’ENA.

J’ai néanmoins toujours aimé la politique au sens noble du terme et j’ai pensé qu’un jour je m’investirai pour mon pays au niveau local. C’est pourquoi, lorsqu’Alain Juppé m’a proposé de le rejoindre à Bordeaux, je n’ai pas hésité longtemps. C’était le moment de changer de vie, l’opportunité de me mettre au service du bien commun comme un juste retour des choses.

Élue locale de Bordeaux et de la Nouvelle-Aquitaine, j’ai pu côtoyer des dizaines d’hommes et de femmes attachés à leur territoire et à leurs convictions ; je suis fière qu’on ait pu me définir comme une « dame de FAIRE » . Parallèlement, j’ai eu la chance de m’engager aux côtés d’Alain Juppé dans sa campagne nationale pour la Primaire, à travers notamment la participation à l’élaboration de son projet économique et de son projet numérique.

Ville de

Bordeaux

Bordeaux Métropole

Nouvelle Aquitaine

POURQUOI CRÉER DROITELIB

Si j’ai décidé de créer Droitelib, mouvement se voulant libéral et humaniste, c’est parce que je suis convaincue qu’aucune démarche personnelle ou individuelle ne peut réellement triompher. Je crois à la complémentarité des talents et à la mixité des profils, sans critiquer les politiques de métier dont l’action est si difficile voire parfois si ingrate, mais fermement convaincue que la régénération de la classe politique passe par autre chose que des mots ou du marketing. Désormais, l’objectif est de réussir l’alternance et de travailler avec celles et ceux qui partagent ces convictions libérales et humanistes, avec celles et ceux issus de la société civile qui veulent œuvrer pour l’intérêt général.