Propos recueillis par Denys Bedarride, Claire Thibault et Fiona Urbain pour Ecomnews

E

omnews poursuit ses rencontres exclusives avec les grands élus du Sud de France, et leurs projets pour les grandes métropoles et régions. Après l’interview du maire de Bordeaux Alain Juppé, Ecomnews a interviewé sa première Adjointe Virginie Calmels, également Vice-présidente de Bordeaux Métropole en charge de l’économie

Ecommnews : La ville bénéficie d’une image très positive à la fois au national et à l’international, comment rester au sommet après tant de reconnaissance et que reste-t-il encore à faire pour l’attractivité de la ville ?

Virginie Calmels : En effet, Bordeaux se porte bien. La ville apparaît en tête des palmarès, c’est la plus prisée au monde. […] Alain Juppé a transformé cette ville. Sur 20 ans il a réveillé ce qu’on appelait la belle endormie. On avait un patrimoine architectural et culturel déjà extrêmement magnifique, mais il a fallu redessiner la ville, lui redonner son ouverture sur le fleuve, créer de nouveaux quartiers, transformer les quais, et travailler sur le schéma de mobilité avec le tramway.

Une ville n’est jamais statique, nous avons la chance d’accueillir de nouveaux habitants, quand d’autres villes se dépeuplent. Bordeaux est tellement attractive, que cela va nous occuper pour des dizaines d’années. Il reste encore beaucoup de choses à faire. Je préside notamment l’établissement Bordeaux Euratlantique, et ce sont par exemple 2,5 millions de m² qui vont être construits.

Il y a eu une phase de transformation de la ville, avec son aménagement urbain. Maintenant, nous sommes dans la sphère économique, qui doit transformer l’attractivité résidentielle en attractivité économique.

Ecomnews : Est-ce que Bordeaux va créer suffisamment d’emplois pour les hommes, mais aussi pour les femmes ?

Virginie Calmels : J’ai créé une sorte de plan d’action, que nous portons avec toute l’équipe de Bordeaux Métropole et de la Ville, dans le domaine économique. On m’a dit qu’il était extrêmement ambitieux. Nous voulons en effet créer 100 000 emplois, d’ici 2030, sur la métropole bordelaise.

En 2013, nous avions 300 créations nettes d’emplois. Il y a deux ans et demi, nous avions entre 3000-3500 créations nettes d’emplois. Pour atteindre cet objectif, nous devions viser 7 000 emplois nets par an. Je suis très heureuse de vous dire qu’à date, sur les douze derniers mois, 7800 emplois ont été créés. Les objectifs que nous nous sommes fixés ont été plus qu’atteints, ils ont été dépassés !

Ce ne sont pas les politiques qui créent les emplois, ce sont les acteurs du territoire, les artisans, les commerçants, les TPE/PME, les professions libérales, les agriculteurs… Si nous pouvons nous féliciter de cette dynamique, c’est parce que nous avons été accompagnateurs et que nous essayons d’être facilitateurs. 

Ecomnews : Quelles sont les filières les plus dynamiques de Bordeaux ?

Virginie Calmels : Quand on parle de Bordeaux, on pense immédiatement au vin, c’est une filière économique majeure pour notre territoire qui permet un rayonnement à l’international. Mais Bordeaux a également un pôle aéronautique.

Elle est idéalement classée dans les activités de défense et les activités civiles, qui touchent à l’aéronautique et au spatial. C’est aussi la photonique avec le laser mégajoule. Il y aussi le tourisme qui est très important, car notre ville est classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Cette richesse patrimoniale se visite et attire de nombreux touristes étrangers.

Nous avons également le tertiaire supérieur et le numérique, avec une grande dynamique portée dans la labellisation French Tech.

Mais deux filières doivent être particulièrement mises en avant. Nous avons la capacité de développer le nautisme, qui rappelle l’histoire de la ville, de son port, son ouverture à l’international.

Et puis, nous avons le pôle santé avec un CHU qui arrive en tête de classement en France. C’est un atout majeur ! La population s’accroît et vieillit. À Bordeaux, accompagner le domaine de la santé et de l’e-santé fait partie de notre bien vivre. Les liens entre la recherche l’université, les entreprises, le CHU, forment un ensemble très cohérent. Notre université est très bien classée et nous permet de rayonner à l’international.

Ce sont tous les atouts de Bordeaux, sur lesquels il va falloir capitaliser pour continuer de progresser et d’offrir l’équation idéale du bien vivre et du bien travailler, ici, à Bordeaux.

 

Recent Posts